Argent public : un gaspillage sans fin ?

Mar 27, 2017
121 Vue

Fonctionnaires : la chasse aux abus

 Pour ceux qui veulent réduire les dépenses publiques, c’est une cible de choix : les 5,5 millions de fonctionnaires. 280 milliards d’euros de frais de personnel par an, près d’un quart de la dépense publique ! Et, plus encore que l’État ou les hôpitaux, ce sont les collectivités locales qui sont dans le viseur : décentralisation oblige, leurs effectifs ont gonflé de 33% en dix ans ! Mais surtout, c’est leur productivité et leurs avantages qui font débat. Qu’en est-il vraiment ? Les fonctionnaires des mairies ou régions travaillent-ils moins que les autres ? Concernant primes ou retraites, auraient-ils des traitements de faveur excessifs ? Face à certains abus, les élus font-ils vraiment la traque aux dépenses superflues ? 

 SNCF : quand le TER fait dérailler nos impôts 

 Retards systématiques, trains bondés… Les TER ont la mission de service public de transporter chaque jour des centaines de milliers de Français… et presque tout le monde s’en plaint ! Pourtant, la facture des TER coûte chaque année plus cher à la collectivité : 4 milliards d’euros, le double en 10 ans ! Car, en payant son billet, l’usager ne paie qu’un tiers du coût réel pour la SNCF. Le reste, ce sont les régions, donc nos impôts, qui les paient. Face à cette inflation, de plus en plus de régions se rebellent, comme en PACA par exemple. De son côté, la SNCF a nommé un « cost-killer » qui cherche à réduire les coûts. Quelle est sa marge de manœuvre ? Pourquoi une telle inflation des dépenses ? Comment les régions comptent-elles réduire les dépenses tout en améliorant le service ? Écotaxe : un fiasco géant qui nous coûte encore très cher 

« Échec stratégique », « Gâchis patrimonial, social et industriel »… Dans son dernier rapport, la Cour des comptes dénonce le scandale de l’écotaxe, ce projet enterré de taxation des poids lourds. Elle devait rapporter près de 900 millions d’euros par an à l’État, mais en cédant à la pression des « bonnets rouges », son abandon aura finalement engendré près d’1 milliard d’euros d’indemnisation à Écomouv’, la société privée chargée d’encaisser cette taxe ! Et pour compenser la perte de recettes, c’est une nouvelle taxe sur le gazole qui pénalise les routiers français et surtout les automobilistes : 2 centimes par litre ! Comment en est-on arrivé à un tel gâchis ? Que vont devenir les portiques installés à grand frais ? Et cela va-t-il encore être payé par l’argent public ?